La Thérapie par l’écriture

Parmi toutes les thérapies auxquelles je m’intéresse, il y en a bien une qui me suis depuis l’enfance, sans en étant alors vraiment consciente, c’est la thérapie par l’écriture. Ce blog en est le plus fervent exemple.

La thérapie par l’écriture fait partie intégrante des suivis avec les personnes qui viennent me voir. Si la personne est ouverte et partante, je leur propose de consacrer un de leurs plus beaux carnets à quelques exercices quotidiens et adaptés à leur problématique.

Aujourd’hui j’ai donc envie de vous partager les bases que j’ai mises en place et sur lesquelles je m’appuie, pour que vous aussi vous ayez le virus !


SOMMAIRE / ! \Spécial article à rallonge

À quoi ça sert ?

Comment pratiquer ?

  • Les outils
  • Les formes

La place du thérapeute 


À quoi ça sert ?

La thérapie par l’écriture est un soutien idéal pour passer un cap (deuil, séparation, rupture), pour se sortir de troubles dépressifs ou anxieux, pour surmonter une phobie, travailler sur des attaques de panique, une souffrance psychique, … C’est donc un outil parfait pour une transition, sortir d’ancien schéma pour se développer personnellement, dans sa pensée, dans ses objectifs.

Ses bienfaits sont nombreux. La thérapie nous ouvre à l’expression et nous permet de faire le point. On peut résoudre des blocages passés, changer des comportements problématiques, prendre confiance et avancer, concrétiser un projet ou un changement, prendre du recul sur soi et sur les autres, découvrir son pouvoir créatif, etc …

Comment pratiquer ?

1. Les outils

Prévoyez un carnet dédié dans lequel vous prendrez plaisir à écrire (autant par le confort que l’esthétisme, si toutefois vous y êtes sensible). Vous pouvez également écrire sur l’ordinateur pour certaine forme plus fastidieuse (comme l’écriture de fiction). Il n’y a pas de mal à écrire sur un clavier, le rapport à l’écriture est quand bien même différent. Préférez si possible une écriture manuscrite pour les écritures de ressenti.

Vous pouvez également investir dans des feuilles de couleur, et vous écrire sur la couleur qui vous appelle selon la journée. Dans tous les cas, rendez votre espace d’écriture pratique et agréable : facilement accessible et confortable. Prenez le temps de vous retirer dans un coin au calme, veillez à ne pas être déranger. Voyez-le comme un rituel avec vous-même. 

 

2. Les formes

Il existe une flopée de formes différentes pour développer la thérapie par l’écriture, avec toutes leurs potentiels propre ! Voici une liste non exhaustive établie par mes soins. Personnellement je ne les utilise pas toutes, et il est normal que quelques formes seulement aient votre préférence. Il faut savoir vous écouter et trouver ce qui vous correspond le mieux, en tenant compte de vos besoins et de votre but.

 

LE JOURNAL DE PENSÉES POSITIVES / LE JOURNAL DE GRATITUDE : C’est exactement la forme de thérapie par l’écriture que j’ai voulu vous proposer en créant Mon cahier de pensées positives (disponible en boutique ici). 

Le but : relever le positif dans une journée pour prévenir voir démentir les prévisions anxieuses chez la personne. Habituer le cerveau à se concentrer sur le positif dans son quotidien, en construisant des biais de pensée autre que la négativité et la fatalité. 

Vous pouvez trouver plus d’infos. sur le journal du gratitude et ses limites dans l’article de Rapha IRL.

 

LES LETTRES : Ici je distingue deux catégories

La lettre non envoyée La lettre positive

Défoulement thérapeutique. Bon moyen pour décharger les émotions et la charge mentale sur le court terme, mais demandera certainement un autre exercice sur le long terme pour cerner la cause du ‘trop plein’ émotionnel.

Permet de dédramatiser les ‘creux de vagues’, d’être son propre moteur en s’auto-encourageant. Le but étant de l’écrire en amont lorsque l’énergie est au beau fixe. On peut s’envoyer la lettre pour l’ouvrir plus tard, lors des moments difficiles. On peut ainsi compter sur son propre soutien, rappeler au cerveau, alors pris dans l’anxiété, que ces moments sont impermanents et que les instants de paix ont existé par le passé et feront également partie du futur. Un engagement réel de la personne dans son développement positif.

L’ÉCRITURE MÉDITATIVE : consiste à relever les pensées, les mots ou les concepts tels qu’ils viennent lors d’une méditation ou juste après la méditation, pour observer et tenter de comprendre notre schéma de pensée. Permet de développer l’instinct, la conscientisation de l’instant présent, le retour à soi, la compréhension du fonctionnement de l’esprit, et le droit à s’exprimer sans filtre.

L’écriture méditative est parfaite pour les personnes vivant à cent à l’heure, qui ont du mal à se poser et à s’écouter (l’écriture oblige à se concentrer sur une action, ‘l’inaction’ supposée de la méditation pouvant angoisser les personnes en suractivité mentale).

 

LE DIALOGUE : comporte plusieurs points intéressants, il permet notamment : 

  • de vous placer à la troisième personne : on porte un regard extérieur sur une situation.
  • de mieux extérioriser un propos en rejouant une scène ou en imaginant une scène.
  • aide à comprendre le point de vue de la personne en face de soi, en se mettant à sa place (qu’aurait-elle répondu selon ses croyances ?) et analyser les possibles incohérences (ce qu’on pense que la personne dirait versus son réel propos)
  • à prendre du recul dans une configuration où nous ne serions aucune des personnes impliquées : on réfléchit à un problème tout en étant omniscient. Cet exercice peut être très riche si l’on développe les personnes à travers des fiches personnages (personnalité, caractère, idéaux, etc …), et qu’on les confronte à un sujet sur lequel on bloque par exemple.
  • aide en cas de difficulté à communiquer avec l’autre en général. Aide à s’inscrire dans un milieu social et à en comprendre les codes, en passant d’abord par l’imagination.

 

LES POÈMES : aide à développer l’expression, à libérer la parole et les émotions, à s’affirmer dans sa personnalité. Aide la personne à conscientiser son pouvoir de création.

 

L’ÉCRITURE D’UNE FICTION : Là encore plusieurs avantages :

  • comme les poèmes, on tend à développer la firme créatrice de la personne.
  • permet de part le choix du style de fiction, les caractéristiques des personnages et la trame de l’histoire de comprendre les mécanismes par lesquels passent l’auteur.

  • permet d’organiser la pensée, de lui donner une structure, de la faire évoluer sous fond de trame narrative.
  • permet de s’ouvrir aux différentes conséquences, résultats, dénouements possibles d’une situation.
  • utile pour une personne ayant des difficultés à creuser dans son passé, ou à se projeter dans l’avenir.

(D)ÉCRIRE SES RÊVES : ici deux versions 

(D)écrire ses rêves nocturnes (D)écrire ses rêves de vie

Ici il s’agira tout simplement de placer un carnet à côté de votre lit et d’écrire vos rêves au réveil, avant de les oublier.

Le but : retracer les messages de l’inconscient (qui a tant à nous dire!)

Écrire en détail vos grands rêves ou vos objectifs.

Cela vous permettra de les transposer dans la réalité, même si la réalité ne s’apparente pour l’instant qu’à une feuille de papier. Vous pouvez même les dessiner pour rajouter du visuel. Votre cerveau sera plus à même de planifier les étapes vous menant à la réalisation de vos projets s’il a un plan, ou si vous vous projetez concrètement dans cette réalisation.

LES TABLEAUX ET LES LISTES : Simples mais efficaces, ils permettent de schématiser des problématiques, d’en avoir une vue d’ensemble, de faciliter leur compréhension en les classant, et d’alléger la charge mentale en posant sur papier.  Ils aident à atteindre ses objectifs, et à établir un ordre de priorité et de faisabilité.

LA DESCRIPTION DÉTAILLÉE : cette technique a bon nombre d’avantage et peut aider dans beaucoup de cas, notamment :

  • en cas de trouble de l’attention : on doit s’attarder sur un objet, une situation ou un décor fixe, et épier les moindres recoins. La description oblige à se focaliser sur un point, on garde la concentration sur un sujet pour le développer le plus possible.
  • en cas de phobie : décrire l’objet de la phobie dans le moindre détail pour se familiariser avec le sujet ou la situation, et le placer dans un contexte amusant ou absurde. Répétez l’exercice sur plusieurs jours, en inventant tous les jours un contexte différent.
  • en cas de trouble anxieux : décrire les prévisions anxieuses aide à comprendre les biais de pensée dû à l’anxiété, et aide également à vérifier l’incohérence de celles-ci (j’en parlerai plus en détail dans un prochain article).

 

Quelle est la place du thérapeute ?

Bien que la thérapie par l’écriture soit facilement accessible et praticable par tous, l’accompagnement d’un thérapeute peut s’avérer utile. Le thérapeute soutient la personne et met en lumière son processus d’analyse et de création. Il apporte un regard extérieur, il aiguille et accompagne la personne vers les exercices les plus adaptés au contexte, et lui apprend l’autonomie dans son développement et dans son analyse.

J’espère vous avoir donné envie de vous lancer dans cette merveilleuse pratique ! Et vous, pratiquez-vous déjà la thérapie par l’écriture ? Quelles sont vos formes favorites ? Cela vous épaule t-il dans votre vie quotidienne ? Dites-moi tout en commentaire !

2 réflexions sur “La Thérapie par l’écriture

  1. Raphaellakay dit :

    Yes, un nouvel article J’ai découvert grâce à toi que ce que je faisais un peu au hasard a un nom haha Sinon l’exercice de la lettre m’intrigue mais je sens comme une résistance en moi à le pratiquer. Pour l’instant, c’est en passant par la fiction et les bilans (du coup on va dire que ça rentre dans la catégorie des tableaux/listes) que j’arrive à coucher mes pensées. La lettre, c’est plus frontal comme approche donc je crois que ça me dérange encore un peu de le faire. Surtout si je dois m’adresser à moi-même… ouh la la je ne suis pas prête !!
    Pour ce qui est d’écrire ses rêves nocturnes, j’aime beaucoup. Parfois je note juste quelques mots-clefs et en les relisant, j’arrive à revivre le rêve en pensée avec fluidité. Pour les rêves de vie, c’est un peu comme la lettre, sauf que j’ai réussi à passer le cap. C’est rare mais quand ça me prend, j’ouvre un fichier et j’aligne des phrases simples sur ce que je veux vivre (je ne détaille pas beaucoup mais ça viendra sans doute).
    Merci pour ton article très passionnant

    • Amba dit :

      Oui d’ailleurs j’ai beaucoup pensé à toi en le rédigeant !
      C’est que les bilans et les fictions te correspondent le plus en ce moment, après tout qu’importe le chemin, tant qu’on entreprend de marcher.
      La lettre est effectivement assez frontale et peut faire peur, parce ce qu’on a souvent tendance à fuir les interactions avec soi-même, moi la première !
      Aligner des phrases ou écrire ses ressentis ‘sur le tas’ est aussi très bénéfiques si on prend le temps de s’y pencher (à moins qu’on écrive pour se défouler ce qui est tout aussi thérapeutique parfois). Merci de m’avoir lue ! J’aimerai développer un cahier sur le sujet, avec plein d’exercices pour faire entreprendre les personnes dans l’écriture .. À voir 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.