Améliorer sa relation aux autres grâce aux Drivers

Nous sommes tous différents car nous avons tous grandi sous des injonctions différentes, des expériences différentes, avec un entourage différent. Et nous avons tous développés à ce titre des comportements différents. Nous nous sommes adaptés en fonction des éléments que l’on avait sous la main. C’est là l’incroyable pouvoir de la vie terrestre : l’adaptation.

Pourtant ces logiciels, ces ‘drivers‘, construits au préalable par notre cerveau pour mieux vivre avec les autres, peuvent perdre leur but initial et devenir contre-productifs voir néfastes. Notamment par ce qu’on appelle un ‘Message contraignant‘, soit une croyance individuelle propre, ancrée profondément chez la personne avec l’objectif de la guider. Ce message contraignant découle souvent de l’éducation reçue dans les jeunes années (fais ceci, soit comme cela, pour être aimé), et devient problématique car il insuffle un soucis de performance émis par la peur des conséquences (si je ne fais pas ci, si je ne suis pas comme ça, alors cela va arriver).

Il est donc intéressant de définir et de comprendre sous quel type de driver nous interagissons, et d’identifier s’ils nous servent, en nous aidant à vivre avec les autres, ou nous desservent, en ruinant notre relationnel.

On retient cinq grand types de drivers. Tous les drivers nous influencent mais, selon chaque personne, un se trouve être plus dominant que les autres. Pour chacun d’entre eux, nous verrons des méthodes afin d’améliorer notre rapport à l’autre. Vous vous reconnaîtrez peut-être vous-même ou un de vos proches dans les descriptions suivantes. 

 

Driver 1 : Sois parfait !

Pour la personne agissant sous ce driver, c’est soit tout blanc, soit tout noir. Il n’y a pas de juste milieu possible ou d’acceptable. Tout doit être parfait dès le premier essai, sans quoi cette personne ne sera pas satisfaite. Elle préférera même ne pas faire plutôt que prendre le risque de mal faire. Son opinion est le seul recevable à ses yeux. C’est une personne qui accepte très difficilement d’être critiquée, c’est pourquoi elle évitera au maximum de provoquer cette situation. Néanmoins, elle est extrêmement critique envers elle-même. 

Malgré tout, cette personne est une excellente gestionnaire, très organisée et méthodique. Toutefois ces caractéristiques ont tendance à la rendre stressante pour elle-même et autrui. Elle aura tendance à vouloir tout faire par elle-même, quitte à s’épuiser. En visant la perfection, la personne sous ce driver se perd dans des défis ou un quotidien trop ambitieux, se démoralise et préfère être dans l’inaction plutôt que dans l’action jugée ‘insatisfaisante’ à ses yeux. 

Comment évoluer ? 

La personne sous ce Driver est enclin à s’identifier à ce qu’elle fait, et non à ce qu’elle est. Il est donc primordiale de lui faire comprendre cette dissociation. Il peut être utile également de l’aider à dissocier ce qui est réellement important de ce qui peut attendre et passer au second plan. On peut par exemple classer les tâches par ordre de priorité.

Pour cette personne, il faut comprendre que les erreurs sont des étapes nécessaires et  même très enrichissantes, pour lesquelles elle ne sera pas jugée, ni remise en question sur la qualité de ce qu’elle EST. Si l’on doit exprimer une critique à cette personne, il est important de l’amener de manière juste, en y montrant le côté positif et évolutif que cette critique peut apporter. 

 

Driver 2 : Sois fort !

La personne sous ce driver est peu à l’écoute de ses émotions et tente de les contrôler au maximum. Elle sait prendre le taureau par les cordes et gérer les situations difficiles. Elle a, en ce sens, un vrai sens du leadership et développe de fortes ambitions. On peut lui faire confiance pour mener une tâche à bien. Les gens aiment bien se référer à ce type de personne car ils se sentent guidés sans effort. 

Toutefois ce comportement poussé à l’extrême a tendance à rendre cette personne insensible voir psychorigide. La peur de craquer sous la pression la poussera à ignorer totalement ses angoisses, quitte à passer à la trappe toutes ses émotions. Le but : ne pas paraître faible et montrer qu’elle peut  se débrouiller seule. Cette personne est enclin à transposer sur les autres ce manque de considération qu’elle a envers elle-même, en ne leur donnant pas la possibilité d’être faible à leur tour.

Quand le Message contraignant prend le dessus, cette personne s’isole des autres et se renferme sur elle-même. Elle veut tout gérer sans laisser de la place à autrui, afin d’éviter qu’on puisse lui percevoir quelconque signe de faiblesse.

Comment évoluer ? 

La personne agissant sous ce driver devra avant tout être rassurée : elle sera aimé, elle ne sera pas rejetée, qu’elle se montre forte ou non. On peut également lui expliquer, petit à petit, que l’expression de ses émotions et l’aide des autres peuvent être des outils encore plus productifs que de vouloir porter une charge seule. Des exercices de confiance en l’autre et de lâcher prise peuvent être utiles. Comprendre et amener le sujet de ce qui se cache derrière une de ses colères est également une approche intéressante. On peut également faire des exercices en groupe, où cette personne n’aura pas le rôle de leader. Cela l’obligera à suivre le mouvement, et à apprendre le partage du travail en équipe.

Driver 3 : Fais un effort !

Le pire scénario de la personne sous ce driver : ne pas finir ce qu’elle a commencé. C’est une personne persévérante et volontaire, du moins au début. Elle se découragera très vite, car elle a tendance à multiplier les tâches et les relations, quitte à s’y perdre totalement. Elle aura du mal à partager les tâches, à se faire aider, car elle a la fervente volonté de devoir tout gérer elle-même. Elle se laisse donc difficilement aller à de petits plaisirs ou des temps de relâchement. Tout cela l’amène à laisser traîner les choses, à la lassitude voir à la paresse ou au sabotage passif (ne rien commencé pour être sûr de ne pas échouer à accomplir). La personne se plaint facilement, et/ou rejette la faute sur autrui, ou sur les situations de la vie. 

Comment évoluer ? 

Ces personnes ont besoin de faire confiance en leurs capacités à réussir, mais elles doivent également comprendre que les autres sont nécessaires voir primordiales pour avancer dans la vie. Déléguer ou demander de l’aide ne doit pas rimer avec échouer individuellement mais accomplir ensemble. Ne donnez pas trop d’importance aux lassitudes et aux plaintes des personnes agissant sous ce driver, mais essayez plutôt de porter leur regard vers le comment agir mieux et plus efficacement grâce à la collaboration avec les autres, et en incorporant des temps de relâchement, indispensable pour mener à bien tout effort sur le long terme.

 

Driver 4 : Dépêche-toi !

La personne sous ce driver court après le temps. L’importance réside dans la nécessité d’accomplir vite les choses ou les événements, voir les relations, pensant que cela jouera en sa faveur. Son dynamisme peut sembler être une qualité au premier abord, et profitera d’ailleurs aux personnes qui l’entourent. Mais c’est sans compter sur les dérives de ce driver à savoir :

  • une personne qui ne laisse pas les autres s’exprimer (par manque de temps). C’est une personne qui parle vite ou beaucoup, et coupe la parole facilement. Cela peut l’amener à être isolée du groupe car éreintant pour l’entourage.
  • une énergie débordante qui en fait cache une suractivité, amenant elle-même au surmenage voir à l’auto-destruction.
  • une angoisse grandissante de ne pas ‘être à temps‘, de ne pas se laisser le temps de s’entendre penser et, au final de ne jamais être dans l’instant présent.

Elle fonce tête baissée devant les obstacles, ce qui la rend très efficace en cas de situation d’urgence, mais dangereuse si la situation demande avant tout de la réflexion. 

Comment évoluer ? 

Pour la personne agissant sous ce driver, la gestion du temps sera un point primordiale. Travailler sur des méditations type Instant présent, pour lui apprendre à être dans ici et le maintenant. Éviter de la faire se projeter dans l’avenir, et la ramener aux tâches qu’elle effectue dans l’instant.

Il serait judicieux de découper un projet en liste de petites étapes, afin qu’elle puisse accomplir une à une chacune d’entre elles et apprécier sa progression. Instaurer des étapes-pauses régulièrement dans la liste, qui seront donc partie intégrante de la tâche à effectuer. Cette méthode a plusieurs avantage :

  • La personne ainsi prendra le temps de planifier une tâche plutôt que de foncer tête baissée. Cela l’obligera à se poser avant d’entreprendre quoi que ce soit.
  • Elle comprendra l’importance de la préparation, au lieu de courir après l’accomplissement immédiat. 
  • En fractionnant une grosse tâche, la personne aura la satisfaction de l’accomplissement rapide à chacune des petites étapes. Elle gardera ainsi la satisfaction d’aller vite, tout en prenant le temps d’étaler la tâche dans le temps.

Il est important de lui instaurer des limites de temps : par exemple, à 18H, on arrête de travailler. On peut également instaurer des temps de paroles, où chacun pourra s’exprimer sans couper l’autre en le laissant aller jusqu’au bout de son propos. 

Driver 5 : Fais plaisir !

La personne agissant sous ce driver est persuadée que sa finalité est les autres, et que chacune de ses actions doit profiter positivement à autrui. Elle se plie en quatre et dépense donc une énergie folle pour satisfaire son entourage et s’assurer de leur bien-être. Le but profond étant de ne pas faire souffrir à son insu.

C’est une personne très intuitive, compatissante et tolérante. Sous son meilleur jour, c’est une bonne médiatrice mais seulement si elle est extérieure à la problématique (sinon elle aura tendance à se mettre automatiquement de côté dans le débat). Elle aide les autres avec sincérité. Elle est une suiveuse fidèle et dévouée, ce qui en fait un membre très apprécié en travail d’équipe.

Mais sa grosse lacune est de s’oublier elle-même en faveur d’autrui. De ne jamais aller à la confrontation et, par conséquent, de ne jamais exprimer sa véritable pensée. C’est une personne très sensible et affectée par l’approbation des autres. Poussé à l’extrême, cette personne peut devenir envahissante et sera enclin à interpréter des pensées d’autrui (souvent de manière erronée) et en fera sa propre vérité.

Comment évoluer ? 

Il est nécessaire de faire comprendre à cette personne que ces ressentis et ses besoins sont tous aussi importants et même nécessaire à la bonne entente avec autrui. En exprimant ses opinions et ressentis, il est plus facile de vivre ensemble, car les relations sont plus claires et plus fluides. On ne cherche pas à cacher son vrai soi en faveur de l’autre, mais on apprend à se connaître ensemble et on peut, de manière limpide, avancer sans faux-semblants, et sans impacter l’un plus qu’un autre. On peut alors aller plus loin dans sa relation aux autres, et avoir des relations de ‘meilleures’ qualités : les conflits sont primordiaux pour évoluer et apprendre à connaître l’autre. 

Il faut donc encourager cette personne à s’exprimer sans qu’elle ne se sente juger. Elle doit également apprendre à se faire confiance, sans dépendre de l’avis des autres, et assumer que ces actions peuvent avoir des conséquences, positives comme négatives, et que cela la rend humaine au même titre qu’une autre personne. En somme, elle doit apprendre que la désapprobation des autres n’est pas une fatalité, et que ses opinions exprimées servent plus sa cause qu’elles ne la desservent.

 

Les Drivers sont un concept du psychologue américain Taïbi Kahler.

Une réflexion sur “Améliorer sa relation aux autres grâce aux Drivers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.