#8 Comment équilibrer le corps mental ?

Comprendre le corps mental

1. Rôle

Pour faire le lien entre le corps émotionnel et le corps mental, il faut bien vous dire que vous ressentez une émotion de manière immédiate, et ce n’est qu’après que votre mental s’en empare, l’analyse, et la traite. C’est ce qu’on appelle une vague émotionnelle.

Le corps mental vient donc après le corps émotionnel en terme d’enveloppe, je vous renvoie à l’épisode 4. C’est le corps qui gère la pensée, son plan vibratoire est le plan mental, et il est relié au chakra du cœur, anahata, et à la couleur verte.

Il a un rôle analytique et de stockage des connaissances, mais pas des mémoires. Les mémoires concernent uniquement le corps causal qu’on va voir plus tard.

Pour vous aider à comprendre comment le corps mental interagit avec les autres corps physique et subtils, je vous propose de vous décrire ce qu’il se passe lors d’une vague émotionnelle.

  1. Un déclencheur qui va venir titiller votre  corps énergétique, quelque chose va interférer avec votre énergie : ça peut être une menace réelle externe (un serpent menace) ou une menace fictive interne (j’ai vu une image de serpent ou j’en ai rêvé)
  2. On a une réaction physiologique et/ou un comportement réactif, dans le corps physique, : le rythme cardiaque s’accélère, le corps s’agite, on va peut être fuir, appeler à l’aide …
  3. Ensuite le corps mental prend le dessus avec l’intervention de pensées et de croyances associées à la situation : le mental va identifier la menace et faire appel à votre connaissance stockée (exemple : les serpents sont connus pour être dangereux). Il peut y avoir aussi à cette étape l’intervention du corps causal qu’on verra plus tard qui lui stocke les mémoires, par exemple la mémoire d’un jour où votre mère s’est faite mordre par un serpent. Là on est plus dans de la connaissance pure mais dans le vécu d’une expérience.
  4. Le mental fait une identification de la vague d’émotionnelle, c’est le résultat, l’analyse de la situation, et vient à la conclusion suivante ex. j’ai eu peur, c’est l’émotion que j’ai ressenti suite au déclencheur qui a perturbé mon corps énergétique.

Ceci est une vague émotionnelle saine. Tout marche comment il est supposé. Il y a un pic émotionnel et réactif, mais il y a aussi une descente, on se décharge de l’émotion par l’analyse de celle-ci et et on laisse partir.

Là où ça devient problématique, on l’a vu dans l’épisode 6, c’est quand on stocke l’émotion, ça devient une charge émotionnelle. Ce qui se passe du coup c’est que la pensée entretient l’émotion vu qu’elle est pas déchargée. Au lieu de conclure avec un ‘j’ai eu peur’, on va continuer avec un ‘j’ai peur’, parce qu’il y a pas la décharge émotionnelle, même si déclencheur, le serpent par exemple, n’est plus là.

Et le corps physique continue les réactions physiologiques (hypervigilance, agitation). C’est ce qui peut se passer pour des personnes souffrant de syndrome post-traumatique.

Pour résumé : le rôle du corps mental est d’analyser, de comprendre, de conclure, grâce à la pensée et aux connaissances emmagasinées. 

 

2 . Relation entre mental et esprit

Le corps mental c’est surtout le support de l’Esprit pour manifester les informations que l’Esprit collecte. Le corps mental permet en fait de mettre en forme les informations que vous recevez pour les interpréter. Donc le mental est plus qu’utile, et il n’est clairement pas à fuir ou à bannir de vos pratiques yogiques ou énergétiques.

Pour vous aider à comprendre la différence entre le mental et l’esprit. L’esprit c’est ce qui va permettre de capter des informations pour les retransmettre et créer ce qui est votre réalité, et le mental c’est un outil qui lui permet de faire cela.

 

L’Esprit ce n’est pas l’âme. L’âme c’est l’Energie de la source présente en vous, on en parlera plus en détail quand on abordera le corps divin.

L’Esprit c’est comme un récepteur/émetteur. Il capte une information extérieure et la ramène à l’intérieur. De là il se sert du mental pour les interpréter, les mettre en forme, les mettre en perspective, les conceptualiser puis, mouvement inverse, de l’intérieur, l’esprit émet une information vers l’extérieur et projette ainsi notre réalité, notre vision, notre conception des choses.

Vous comprenez alors qu’être ouvert d’esprit, ça veut élargir notre champ de réception, et ça permet de ne plus avoir une vision étriquée, limitée des choses, parce qu’, et de là on projette une toute autre réalité.

A noter que ce qu’on perçoit grâce à l’esprit dépend effectivement de notre ouverture d’esprit, parce qu’on élargit notre champ de réception on a moins une vision en entonnoir, en tunnel, on s’ouvre à plus large, et on casse au passage des croyances limitantes qui se basent sur une réalité étriquée.

Cela dépend aussi de notre niveau de conscience : plus on monte en conscience, plus on est capable d’enrichir ce que l’esprit perçoit et forcément par la suite ce qu’il émet.

 

3. Le mental inférieur et le mental supérieur

Comme on l’a vu avec le plan astral lors de l’épisode sur le corps émotionnel, le plan astral à deux niveaux principaux, le bas astral où vibrent les charges émotionnelles, et le haut astral où vibrent les émotions lumineuses, on a la même logique avec le mental.

On a le mental dit inférieur, c’est là qu’on a des pensées contre productives, limitantes, encombrantes, inutiles, qui nous ralentissent, qui nous mangent petit à petit, des pensées noires, des pensées qui ne font que confirmer et nous enfermer dans nos croyances limitantes.

Et on a le mental supérieur qui lui traduit les information qui viennent directement par l’esprit, nous nous aide à comprendre, à analyser les choses à les mettre en perspectives comme on l’a dit plus haut.

 

Harmoniser le corps mental

Maintenant que vous savez le rôle du corps mental et sa relation avec l’esprit, comment on fait, concrètement, pour l’équilibrer, l’harmoniser. Pour le corps émotionnel il s’agissait de cultiver des émotions positives, et bien là le corps mental, il s’agira de cultiver des pensées positives et nourrissantes pour vous. Pour cela, quelques outils :

 

Changer notre perception en reprogrammant notre langage

(parler de jenny) C’est un procédé qui se met en place sur la durée, qui est un peu difficile au début, puis qui après s’installe comme un automatisme bienfaiteur. Pour cela, il suffit de vous reprendre quand vous êtes dans un jugement négatif. Par exemple, si vous avez souvent tendance à dire ‘je suis bête’ vous pouvez dire ‘je n’avais pas pensé à ça’.

Si vous dites vraiment à l’oral par exemple ‘non mais quel débile je fais’ par exemple, vous reprendre et dire ‘je ne suis pas débile, j’ai seulement oublié ceci ou cela’. Vraiment reprendre tous les petits tics de langages qui peuvent paraître anodins mais qui, cumulés, remplissent et nourrissent votre mental inférieur.

Cela vaut également pour ce que vous dites aux autres et là on rentre dans la communication non violente, alors je ne suis pas spécialisée là dedans mais c’est de ne pas juger de but en blanc l’autre, mais de mettre en perspective les besoins et les manques pour trouver des solutions ensemble et non pas pour trouver un coupable et une victime.

Reprendre le langage, ou la pensée parce que même si vous pensez ‘je ne suis pas capable’, reprenez vous par la pensée, ça va vous permettre de ne pas arroser une mauvaise graine. Les mauvaises graines, les mauvaises pensées, contre productives, basses, ne les arrosez pas, ne les laissez pas grandir avant qu’elles envahissent votre champ de vision si bien qu’à un certain point vous ne voyez même plus à quoi ressemble l’horizon sans toutes ces mauvaises herbes, et même avant que vous pensiez que ces mauvaises herbes sont le paysage et qu’il n’y a rien au delà.

 

Réciter des mantras

C’est une pratique qui, dans la répétition, permet un réel engagement dans le changement positif de votre réalité. Vous pouvez en trouver des tout faits sur internet en fonction de votre problématique, mais n’hésitez pas à créer les vôtres. N’allez pas réciter des mantras qui ne font pas sens pour vous, à moins que la sonorité vous fasse du bien.

Le plus important, si vous récitez des mantras en français, c’est qu’il soit au présent. Par exemple si vous vous sentez pas capable de passer une transition parce que vous avez peur de ne pas être assez fort, vous pouvez réciter tout simplement ‘Je construis à mon rythme la force qui m’est nécessaire à passer toute transition. Je suis capable de faire face à toute situation et à les appréhender en étant posé en moi-même’.

Le tout avec les mantras, c’est la répétition. Les premières fois on ne se croit pas trop, mais après on commence à croire ce qu’on dit, jusqu’à ce que le mantra deviennent notre nouvelle réalité. C’est le sankalpa, en yoga, en sanskrit, c’est le pouvoir de l’intention. C’est l’exemple de se forcer à rire pour finir par réellement rire.

Les mantras se sont des soutiens du quotidien, totalement modulables, adaptables, et à la portée de tous.

 

Méditer

Il n’y a évidemment pas de meilleur outil pour harmoniser le mental que la méditation. Et il s’agit bien là de le réguler plutôt que de le contrôler absolument ou chercher à le fuir et à l’ignorer. 

 

Être centré dans le coeur

Je me souviens quand j’ai commencé à m’intéresser aux corps subtils, je ne comprenais pas pourquoi le corps mental était relié au chakra du cœur, parce que pour moi le cœur ne devait pas être mis en perspective avec quelque chose de si tranché que la pensée. Puis j’ai compris qu’en fait, relié le corps mental au cœur, ça signifie penser avec le cœur, et ça ça change tout.

Relier votre mental au cœur, ça permet, toujours d’être dans une justesse, un amour de vous-même, des autres, une compréhension. Le cœur c’est le lien entre JE et le Nous, le Moi inférieur et le Moi supérieur, et laisser la pensée passer par le cœur, c’est être dans la certitude que nous sommes aligné avec nous-même et avec l’Univers. Notre réalité devient pur, ouverte, en paix.

Etre dans la gratitude permet d’être centré dans le cœur, et être centré dans le cœur nous ouvre à la gratitude aussi. Gratitude pour ce que vous êtes, ce que vous avez, ce que sont les autres, ce que sont les expériences que vous vivez, quelles qu’elles soient, gratitude devant les épreuves, les doutes, les remises en question. Gratitude de ce corps qui vous véhicule chaque jour. Gratitude pour ce mental qui vous permet d’évoluer et d’interpréter par la pensée et donc de projeter dans la matière.

 

Astral Yoga

En Astral Yoga, on va travailler deux énergies : celle de la Vierge, qui est dans la stimulation d’un mental analytique, critique, détaillé, mais qui est aussi dans le cœur car au service de l’autre. Elle doit apprendre le lâcher prise, l’imprévu.

On doit avec la vierge dépasser le mental inférieur du jugement pour passer par le cœur et le signe de la Balance, qui elle va nous permettre cette harmonie entre Moi inférieur et Moi supérieur, le Moi et le Nous, elle va mettre en perspective des éléments pour peser le pour et le contre, le pourquoi du comment. Elle va être dans l’acceptation des réalités des autres, pour apprendre à manifester sa propre réalité, hors du voile de la superficialité du mental inférieur, dans l’ouverture du mental supérieur.

On va prendre des postures comme Uttanasana, la pince debout, pour poser le mental et être dans une énergie de servitude, on est humble, face à nous même, ardha chandrasana,, la demi lune, en mouvement, pour notre équilibre et nous permettre de ne pas mentaliser parce que les postures d’équilibre sont des postures où le mental.

On travaillera également les ouvertures de coeur pour être dans cette logique de centrage dans le coeur et d’ouverture de notre champ de vision avec baddha konasana, posture de l’angle lié et supta baddha konasana, qui est la même posture mais en flexion arrière cette fois.

Je vous propose également une pratique énergétique pour relier le mental au coeur avec un geste simple. Tout cela sera en visuel sur instagram dans la section reel de mon profil.

 

CONCLUSION

J’aimerai rapidement insister sur le fait que le mental n’est pas un ennemi à combattre, ou un boulet à trainer. C’est un outil incroyable par lequel passe votre perception humaine, qui est là pour vous aider à avancer, à conceptualiser, à analyser, à comprendre, et évidemment, quand il prend trop de place, il est encombrant mais vous êtes le maître à bord, le mental est un outil, il n’est pas le capitaine du navire, votre âme est le capitaine, votre coeur est le gouvernail, votre mental lui est la couleur que vous donnez à l’horizon

 

RESSOURCES

La posture d’Astral Yoga associée :
 
Le tracker pour vos corps subtils :
 
L’article sur la méditation :
 
Votre cahier de pensées positives à télécharger :
 
Les infos sur le séjour Yoga spécial équinoxe de printemps :
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.