Méditation : les différentes postures assises

Dans le yoga, les postures assises sont utilisées pour travailler la concentration, la méditation et le pranayama. Elles permettent également d’utiliser des mudras (gestes), des bandhas (verrou d’énergie), etc… Les postures assises sont donc incontournables dans votre pratique. En voici quelques-unes, de la plus accessible à la plus élaborée. Elles peuvent vous servir de support à la méditation, ou encore constituer un bon entraînement à Padmasana (la posture du lotus). Dans chaque posture assise, vous devez veiller à maintenir la colonne bien droite et à pratiquer chaque posture dans les deux sens (par exemple pied gauche sur pied droit puis inverser) afin de ne pas créer de déséquilibre. Si vous avez du mal à tenir la colonne droite, placez un support (couverture pliée ou brique de yoga par exemple) sous les fessiers. Si vos genoux ne touchent pas le sol, n’hésitez pas à placer des supports (briques, zafu, couvertures, … ) pour que vos articulations ne reposent pas dans le vide.

 

36362544_10156348063146000_7211443629800292352_nSUKHASANA – La posture du tailleur

Sukha = confortable, doux, agréable. C’est la posture du grand débutant. La plus accessible et commune lorsque l’on s’assoit jambes pliées. Elle permet de s’établir simplement dans une position confortable. Elle peut être utilisée au repos ou lors d’entraînement à la respiration. Elle n’est cependant pas une posture très riche au niveau du travail de l’énergie.

En pratique : Il vous suffit de croiser vos deux tibias devant vous, tout en maintenant votre colonne bien droite.

 

36459918_10156348063081000_8994080375919607808_nVAJRASANA – La posture du diamant ou de la foudre

Vajrasana est une belle posture de méditation et un bon support pour s’exercer à certaines respirations. Elle permet de garder la colonne bien droite et de travailler sur l’axe et le centre d’énergie du cœur. C’est une posture idéale pour se poser dans l’instant. Seul bémol : elle favorise la fuite d’énergie (les plantes de pieds se situant vers l’extérieur du corps).

En pratique : Il vous suffit de vous asseoir sur vos talons. Ces derniers peuvent être joints ou écartés. On peut améliorer le confort dans la posture si nécessaire en ajoutant un coussin sous les pieds ou les fessiers.

 

SVASTIKASANA – La posture propice

Svastik = heureux, propice. Niveau intermédiaire. On donne à cette position une dimension magique. Elle permet notamment de travailler sur ses énergies créatrices et ses désirs.  C’est une posture stable dite ‘lié’ car on peut se soulever à la force des bras sans que la position ne bouge.

 

 

En pratique : Portez le pied droit à l’intérieur de la cuisse gauche, les orteils sont vers le plus du genoux, on les soulève de façon à ce qu’ils dépassent légèrement. Passez le pied gauche au-dessus du tibia droit et insérer les orteils dans le plis du genou droit. Vous devez vous retrouver avec un espace vide devant vous.

 

SIDDHASANA – La posture parfaite

Siddha = accompli, parfait. C’est la posture de l’accomplissement. C’est une position d’éveil de l’énergie vitale et de nos pouvoirs personnels. Elle permet notamment de travailler l’énergie sexuelle, vitale et mentale et développe ainsi la sexualité, la créativité et la longévité. C’est une posture idéale pour stimuler la sushumna (montée de l’énergie de l’anus à la fontanelle).

 

 

En pratique : Colonne bien droite. Pliez votre jambe gauche et portez le talon vers le périnée (espace entre le sexe et l’anus). Pliez votre jambe droite et portez votre talon droit vers l’os pubien. Coincez votre pied et vos orteils droit dans la gente du mollet de la jambe gauche. Ce qui est important dans cette posture, c’est cette pression exercée par les deux talons, l’un vers l’anus, l’autre vers le pubis.

 

36401615_10156348062751000_6405493922943991808_nPADMASANA – La posture du lotus

Padma = lotus. Niveau avancé. Posture traditionnelle de méditation, elle est excellente pour la stabilité mentale, la tenue du corps et la montée d’énergie (notamment par sa stimulation de kundalini et la pression exercée sur les nadis Ida et Pingala). Elle nécessite une bonne ouverture de hanches, ce qui peut la rendre difficile à réaliser pour certaines personnes. Cette position est notamment utilisée pour dénouer les trois granthis (noeuds).

En pratique : Cette posture peut être liée (on croise les bras dans le dos et on attrape les orteils), ou non liée (les mains sont libres). Dans tous les cas, portez le pied droit sur la cuisse gauche, le talon à l’aine. Puis de la même façon le pied gauche sur la cuisse droite. Attention à ménager vos genoux dans cette posture ! Au moindre inconfort, sortez de la posture doucement.

6 réflexions sur “Méditation : les différentes postures assises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.