L’Après Ashram : dur retour à la réalité

Une de mes merveilleuses colocataires de l'Ashram me dépose à la gare d'Orléans au matin. Déjà, reprendre la voiture après un mois enfermé hors du temps, ça nous a déroutés (blague à part). Plus nous approchons de la ville, plus nos regards s'affolent : la circulation, les klaxons, les gens pas contents. On ferait pas demi-tour, … Lire la suite L’Après Ashram : dur retour à la réalité